Au carrefour des compétences et des savoir-faire, la formulation des produits agroalimentaires doit répondre à un certain nombre d’exigences tant sur le plan légal qu’en matière de marketing et de conformité de l’étiquetage. Découvrez quelles sont les bonnes pratiques de formulation agroalimentaire et quels sont les enjeux d’une composition des produits réussie.

 

Formulation alimentaire : des enjeux majeurs pour l’entreprise

Pour satisfaire les attentes des consommateurs tout en respectant le réglement INCO, une entreprise d’agro-alimentaire se doit de soigner ses formulations de produits. Pour ce faire, elle soit non seulement composer avec le renouvellement permanent des ingrédients, mais aussi avec les dernières tendances en matière de consommation et les nouvelles règles en termes d’étiquetage. En effet, comme le règlement INCO tend à affiner sa volonté de satisfaire et d’informer toujours mieux les consommateurs, les nouvelles obligations et restrictions s’additionnent au fil du temps et des recherches scientifiques. Tout l’enjeu de la formulation agroalimentaire consiste donc à trouver le parfait équilibre entre loi et marketing, en répondant aux nombreuses contraintes règlementaires et en assouvissant le besoin de transparence du consommateur.

 

La formulation alimentaire à la croisée des services d’une entreprise

Les nombreuses contraintes liées à la formulation des produits agroalimentaires contraignent les différents services des entreprises à se coordonner de manière efficace. Tandis que le service Recherche et Développement s’occupe de la formulation première en fonction des différents ingrédients rentrant dans la composition d’un aliment, c’est ensuite au service Qualité et au service des Affaires règlementaires de s’attacher à valider ou non le résultat obtenu en fonction des contraintes légales et de la conformité de l’étiquetage. Une fois que la formulation est définitivement validée, elle doit ensuite passer entre les mains du service marketing qui s’occupe de vérifier qu’elle répond aux besoins et aux attentes actuels des consommateurs, et notamment des “Sans”. Toutes ces validations ou invalidations mènent immanquablement à des allers-retours fastidieux entre les différents services, qui peuvent non seulement freiner la production, mais aussi provoquer des erreurs.

Les pratiques à respecter dans la formulation alimentaire

Les contraintes du formulateur de produits alimentaires sont nombreuses. Pour être en accord avec le réglement INCO, avec le service légal et avec le service marketing, une formulation de produit se droit d’être à la fois fidèle, polyvalente et transparente. Pour que sa liste d’ingrédients soit validée, le formulateur de produits alimentaires doit veiller à respecter :

  • Le règlement INCO et les autres informations légales à faire figuerer – ou non – sur l’étiquette
  • Les aspects légaux en contrôlant notamment la liste des allergènes et les produits “sans”
  • L’aspect marketing en mettant en avant les composants sains, locaux et en mettant l’accent sur les “sans” gluten, lactose, etc.
  • La composition du produit en fonction du pays auquel il est destiné
  • Un logiciel spécialisé dans la composition des produits

Pour respecter davantage les enjeux règlementaires, limiter les allers-retours entre différents services et mieux gérer l’adaptation de la composition des produits selon les contraintes de chaque pays, il existe heureusement un outil fiable et efficace : le logiciel de formulation agroalimentaire proposé par nombreux éditeurs comme LASCOM ou Proginov.

Ce logiciel permet de :

  • Garantir la justesse des données grâce à la centralisation et la dématérialisation des informations et grâce à l’automatisation de la saisie.
  • Formuler tout en respectant les briefs grâce à un système d’alerte en temps réel en cas de non respect des différentes contraintes (produit “sans”, liste des allergènes, etc.)
  • Anticiper la production et les changements de formulation selon les différents pays.

Les avantages de l’automatisation des formulations agroalimentaires sont nombreux. En plus de réduire les délais, elle permet aussi de diminuer les coûts de développement et de baisser le taux d’erreurs pour un meilleur respect du brief et des contraintes. Résultat : les allers-retours en interne et en externe sont limités et les collaborations largement facilitées.